Bonjour...

Envie d'une petite histoire ? C'est par ici !

 

 Les oiseaux, la taille de pantalon, la petite poule noire , le lièvre et le poisson

mer.

05

déc.

2012

Le lièvre et le poisson

Un conte de Thaïlande - (Et oui, aujourd'hui, c'est la fête nationale Thaï. !). Et si on cuisinait du riz (aucun rapport avec ce qui suit....) 

 

*^*^*^*  

Il était une fois un lièvre et

 un poisson qui étaient amis. ni l'un, ni l'autre n'avait jamais été attrapé... et pour cause ; l'un comme l'autre avait un secret.

Un jour ; le lièvre demande au poisson : « comment fais-tu pour éviter d'être pêché ?
- quand ils jettent leur filet au bord je me cache au fond de l’étang et quand ils visent le fond de l’étang, je me cache dans les eaux proche du bord. » a répondu le poisson. 

Puis celui-ci demande au lièvre « Comment fais tu pour échapper aux pièges et aux battues des villageois ? ».

- Quand ils me cherchent sur une colline près du village je m’enfuis sur une colline plus éloignée et quand ils me recherchent au loin je cours vers des collines proches du village » dit le lièvre.
Oui, mais voilà ; un homme qui passait par là a tout entendu.

Et le lendemain matin, l'homme explique à tous les chasseurs et les pêcheurs ce qu'il a entendu....

L'après-midi même, les deux amis sont attrapés.

Les hommes rapportent au village leurs proies, les abandonnent dehors et s'en vont dans leur maison.


Le poisson parle au lièvre « Ils sont tous partis, tu peux t’enfuir ? »
-  Pas de problème ! Et toi  ?

- Pas de problème et  je peux même le faire maintenant » Là dessus, il roule sur lui-même et chute dans une flaque d'eau croupie.
L’homme revient et  voit le poisson dans la flaque. Il l’attrape pour le laver dans un lac. Le poisson fait le mort, mais lorsque l’homme le plonge dans l’eau, il s’agite, s'échappe ...


L’homme retourne à la maison pour s'occuper du lièvre. Mais celui-ci ne l'a pas attendu....

 

*^*^*^*

 

Moi, j'dis qu'un secret, et ben, c'est un secret !

 

0 commentaires

mar.

04

déc.

2012

La petite poule noire

  Conte d’origine tzigane, le jeune héros, s’amourache d’une petite poule au grand désespoir de sa mère…. Le dénouement nous enseigne qu’on peut être attaché à ses racines tout en étant capable de s’ouvrir à d’autres cultures. On peut également y voir l'ouverture à d'autres unions que celles habituellement célébrées.

 

*^*^*^*^*

 

Il était une fois un Tsigane qui s'appelait Kalo. Sa mère n'avait de cesse qu'il se marie. Un jour le jeune voit une belle jeune fille si gracieuse qu'il en tombe raide amoureux. Tout à coup, la jeune fille se retourne, voit Kalo et Pouf, elle se volatilise. Peu de temps après, le jeune homme voit une petite poule noire.

Soudain les gens de la chaumière rentrent chez eux et proposent à Kalo de partager leur repas. Quand ce dernier leur demande qui a préparé ce délicieux festin, les deux vieux lui répondent qu'ils l'ignorent. Kalo pense que c'est la jeune fille qui a mystérieusement disparu. La nuit tombée, la maisonnée se couche. Kalo n'arrive pas à trouver le sommeil. Il se relève et va à la cuisine. Et voilà qu'entre une petite poule noire. Kalo se cache et la petite poule noire se métamorphose en la belle jeune fille de l'après-midi. Le lendemain matin, Kalo propose aux deux vieux d'acheter leur poule. Ils acceptent. 

Le jeune homme repart chez lui, avec sa poule noire. Sa mère n'est pas contente : son fils n'a encore pas trouvé à se marier. Quand le soir arrive, la petite poule se métamorphose en jeune fille. Kalo lui demande de l'épouser. Elle accepte.

Le lendemain, Kalo annonce ses fiancailles à sa mère qui bien entendu se demande si son fils n'est pas devenu fou....Le jeune homme, quant à lui, va trouver le Maire pour lui demander de célèbrer son union. Le Maire est d'accord, soit on n'a jamais vu ça ; mais pourquoi pas ; pourvu que leur consentement soit mutuel ! D'ailleurs, récemment, il a vu une loi passer concernant ces mariages inhabituels.... Donc, il prononce son discours et à peine les époux échangent leurs consentement ; la petite poule se transforme en jeune femme.... Ils furent très heureux et élevèrent des tas de petites poules..... noires !

 

*^*^*^*^

D'après :  Mille et une histoires – n°103 janvier 2009

 

1 commentaires

lun.

03

déc.

2012

La ronde autour du monde

Paul Fort se plaisait à dire de lui : "Je suis un arbre à poème, un poémier."

Pour célébrer la journée internationale des personnes handicapées, un poème que beaucoup connaissent...

 

*=*=*=* 

 

LA RONDE AUTOUR DU MONDE

 

Si toutes les filles du monde voulaient s'donner la

main, tout autour de la mer elles pourraient faire

une ronde.

 

Si tous les gars du monde voulaient bien êtr'

marins, ils f'raient avec leurs barques un joli pont

sur l'onde.

 

Alors on pourrait faire une ronde autour du

monde, si tous les gens du monde voulaient

s'donner la main.

 

In : Les plus beaux poèmes de la langue française - Hatier Jeunesse

*=*=*=* 


 

1 commentaires

dim.

02

déc.

2012

La taille de pantalon

En ces temps difficiles ; un ptit conte de ce cher Nasr Eddin :

 

*^*^*^*


Nasr Eddin a bien de la chance ; on lui a donné un pantalon... presque pas élimé, presque pas délavé. Au niveau de la longueur, ça presque tire-bouchonne pas ; mais au niveau de la taille, ça baille, ça joint pas vraiment.... Il y a comme un grand vide entre le tissu et son ventre.

Qu'à cela ne tienne, Nasr Eddin se rend chez le tailleur pour qu'il mette le pantalon à sa taille. Cependant, il s'inquiète de savoir combien il devra débourser :

- C'est vraiment beaucoup de travail, ce que tu me demandes là... et avec la hausse des taxes.... Ca fera 10 dinars !

- 10 Dinars ; mais c'est vraiment trop cher. A ce prix là ; je le reprends !

- Mais Nasr Eddin, tu ne peux pas le mettre ainsi !

Et Nasr Eddin de répondre :

- Peut-être ; mais avec 10 Dinars, j'ai de quoi me mettre, moi ; à la taille du pantalon !

 


*^*^*^*

 

D'après : Sublimes paroles et idioties de Nasr Eddin Hodja - Phébus libretto

0 commentaires

sam.

01

déc.

2012

Les oiseaux

Voici un conte de Fraimbois (petit village du Lunévillois ; en Meurthe-et-Moselle).

*^*^*^*

Les enfants vont chaparder des oiseaux dans les nids,

les cachent dans leurs poches et vont assister le curé pour la messe.

- La messe commence, les oiseaux commencent à piailler dans les poches.

- Le curé, excédé, exhorte que ceux qui ont des oiseaux s'en aillent.

Les gamins braconniers se lèvent et s'en vont, et peu de temps après, ce sont les adolescents, puis les jeunes hommes puis les hommes mariés suivent.

Ne reste dans l'église qu'un pauvre vieux bougre. Sa femme (qui fut belle, faut bien le dire), lui tapote l'épaule et lui dit :

- Allez, l'Jean Glaude... faut suivre tous les autres, sinon, tout le monde va croire que vous n'avez plus d'oiseau.

Et le pauvre vieux de répondre qu'il a bien encore l'oiseau ; mais qu'il y a longtemps qu'il ne chante plus.

 
*^*^*^*

  D'après : Les contes de Fraimbois - Jean Lanher -Presses Universitaires de Nancy

 

0 commentaires